Le vélo à Copenhague – un brin d’histoire !

Centre-ville de Copenhague en 1945

Centre-ville en 1945 (source : Nationalmuseet)

Comme nous le disions dans notre vidéo de présentation, nous venons de passer cinq mois à Copenhague, la capitale du Danemark. C’est dans cette ville cycliste que nos projets de voyage à vélo ont germé.

« Ville cycliste » ? C’est-à-dire ?

Au moment où nous écrivons ces lignes, 50% des habitants de Copenhague ont choisi le vélo comme moyen de transport quotidien, pour se rendre au travail ou plus généralement pour se déplacer dans la ville. Et ce, toute l’année, et par toutes saisons (et l’hiver ici ne fait pas semblant !).

 

Vélos publics à Copenhague

Vélos publics à Copenhague (source : Wikipedia)

Avec près de 400 kilomètres de pistes cyclables, Copenhague a d’ailleurs été élue pour deux années consécutives « Meilleure ville cyclable » par le site américain spécialisé dans le développement durable « Treehugger ».

Mais comment Copenhague s’est-elle imposée comme ville cyclable de référence ? D’où remonte cette relation intime entre le vélo et la ville ?

Le vélo et la culture danoise

Le vélo est utilisé à Copenhague depuis les années 1880, l’époque à laquelle la bicyclette moderne a vu le jour !

La première piste cyclable copenhagoise a été construite en 1892 sur Esplanaden (grande rue au sud de la Citadelle), mais sa présence était anecdotique et dans le reste de la ville les cyclistes étaient autorisés à rouler sur le côté de la route. Cependant, nombre d’entre eux préféraient rouler au milieu de la voie, plus propre et dégagée, entraînant des conflits fréquents avec les autres usagers de la route, mais aussi de nombreux accidents.

Au milieu des années 1920, le sujet des pistes cyclables, porté par les associations cyclistes, était au cœur des discussions sur la planification urbaine de la ville : la nécessité de séparer automobilistes et cyclistes était reconnue, mais des questions se posaient sur les infrastructures nécessaires. Par exemple, faudrait-il opter pour des pistes physiquement séparées de la route, ou une simple ligne de démarcation à la peinture ?

Cyclistes sur une piste séparée en 1930, à Copenhague

Cyclistes sur une piste séparée en 1930, à Copenhague (source : Colville-Andersen)

Avec 44% de la population danoise utilisant le vélo chaque jour dans la deuxième moitié des années 1930, les pistes séparées, bien que plus coûteuses que les pistes peintes, gagnèrent du terrain, proposant une meilleure sécurité aux cyclistes. C’est ce type de pistes que proposent aujourd’hui de nombreuses rues de la capitale : pistes séparées, à sens unique, de part et d’autre de la chaussée.

Copenhague « Meilleure ville cyclable » : un choix de la ville et de ses habitants

Alors on peut se dire « c’est facile d’être la « Meilleure ville cyclable », avec ce passé… ». Mais l’histoire est un petit peu plus complexe.

Dans les années 1950, du fait des avancées technologiques et de l’augmentation du niveau de vie, les Copenhagois remplacèrent petit à petit les vélos par des voitures, jusqu’à rendre la pratique du vélo dangereuse en ville, dans les années 1960. La ville cycliste était morte, et de nombreux habitants furent affligés par ce coup porté à un élément proéminent de la culture locale depuis près d’un siècle.

Avec la crise pétrolière, dans les années 1970, bon nombre de Copenhagois abandonnèrent leurs voitures et le vélo réapparut dans les rues de la capitale, causant à nouveau de nombreux conflits d’intérêts entre cyclistes et automobilistes jusque dans les années 1980.

 

La ville et ses habitants ont finalement choisi de privilégier les cyclistes et la plupart des pistes de la ville ont été construites ces 25 dernières années, pour une ville moins polluée et plus agréable à vivre.

C’est un choix de planification urbaine, qui implique de sacrifier des places de stationnement automobile, et de partager la chaussée pour permettre un réseau cyclable continu et sûr, qui profite à tous les Copenhagois, et en particulier les 230 000 résidents qui ont opté pour la bicyclette au quotidien !

Pédaler à Copenhague ? Un vrai plaisir. Et plus qu’un plaisir, un état d’esprit, l’esprit même de la ville. À toutes heures et par toutes saisons, vous roulez avec les habitants, et partagez leur culture du vélo. Vous vous sentez alors un petit peu plus Copenhagois, même le temps d’un week-end. Pour vous déplacer efficacement, ou pour flâner dans les rues de la capitale danoise, en toute sécurité : le vélo, mille fois oui !

Et demain, l’illustration en vidéo sur le blog ! À bientôt !

Sources : denmark.dk, copenhagenize, citylab.

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à nous rejoindre sur Facebook et Twitter !


Maxime et Lucie En Echappée
On est tous les deux des passionnés de voyage, débutants dans le voyage à vélo et très curieux à ce sujet. Suivez sur ce blog nos voyages à vélo, et découvrez nos rencontres, inspirations et conseils pour préparer les vôtres ! Le blog évoluera au fil de nos découvertes cyclistes et de nos rencontres. Notre projet est de vous livrer nos expériences, mais aussi de donner de la voix aux autres voyageurs pour compléter nos avis. Alors, débutants ou confirmés, suivez-nous et partez avec nous en échappée !

2 reflexions sur “Le vélo à Copenhague – un brin d’histoire !

  1. VirginieB

    Article fort sympathique, une lecture agréable. Ce blog est vraiment pas mal, et les sujets présents plutôt bons dans l’ensemble, bravo ! Virginie Brossard LETUDIANT.FR

    1. Maxime et Lucie En Echappée Auteur de l'article

      Merci beaucoup pour ce commentaire très encourageant ! Nos prochains articles se concentreront sur notre voyage du moment en Scandinavie, mais nous alimenterons les autres rubriques dès notre retour avec des contenus que nous espérons intéressants et variés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

 

 

 

 

Rejoignez-nous sur Facebook ! :-)