Bilan du voyage espagnol : les routes de la côte Est

La CV 405 ou 415 en Comunidad Valenciana

La CV 405 (ou CV 415) en Comunidad Valenciana (source : En Echappée)

Aujourd’hui, nous faisons un retour sur les bilans du voyage en Espagne de vingt jours, en mars 2016, pour vous proposer un panorama de l’état des routes de la côte Est espagnole.

Quelques remarques générales

Après ces trois semaines passées dans l’est de l’Espagne, la majorité du temps sur nos vélos, voici nos remarques générales sur l’état des routes dans cette partie du pays (à l’heure où nous écrivons cet article) :

  • Les routes, qu’il s’agisse de nationales ou de petites routes secondaires de montagne ou de campagne sont globalement bien entretenues et bien lisses ;
  • Sur les nationales que nous avons empruntées, la circulation était plutôt dense, mais le bas-côté était souvent très large ;
  • La route du littoral, pour rejoindre Barcelone par la côte, est extrêmement passante, polluée, parfois dépourvue de bas-côté et dangereuse… à éviter à vélo ! Les routes « de campagne » pour rejoindre la ville par le nord sont étroites et néanmoins très fréquentées… mais plus respirables ;
  • Les routes de montagne de Comunidad Valenciana et les routes de campagne de Castilla la Mancha sont parfois étroites, mais très peu fréquentées (du moins quand nous les avons empruntées, en mars).

Panorama des routes de la côte Est

Dès notre arrivée en Espagne, nous sommes à la fois déçus de devoir rouler sur une route nationale (la N 260) assez passante, mais que l’office du tourisme de Port Bou nous a indiquée comme étant la seule route accessible (nous n’avons pas trouvé mieux pour descendre vers le sud), et à la fois agréablement surpris par la largeur du bas côté, où nous pouvons rouler en meilleure sécurité.

La route est bien lisse, propre et les marquages sont frais : une première route très bien entretenue (ou, du moins, récemment entretenue).

A Colera, proche de la frontière (N260)

Sur la nationale N 260, peu après le passage de la frontière (source : En Echappée)

Pour éviter de longer le littoral de trop près, constatant que les grosses routes y sont reines, nous choisissons de passer par Girona, en nous enfonçant un peu dans l’arrière pays et dans la campagne.

Nous avons ainsi l’occasion d’alterner entre petites routes et nationales. Cependant, le trafic est très réduit dans cette zone, par rapport à la côte.

Sur les routes nationales, le bas côté est toujours aussi large. Les routes sont bien bitumées et propres.

La nationale proche de Girona

La nationale proche de Girona (source : En Echappée)

Après Girona, nous passons quelques temps dans la campagne aux alentours. La encore, les petites routes qui auraient pu être délaissées ne le sont pas. Il n’y a plus de bas côté, mais le trafic est pratiquement nul.

Route de campagne, fornells de la selva

Route de campagne, à Fornells de la Selva (source : En Echappée)

Avides de voir la mer, nous finissons par rejoindre la côte Est au niveau de Malgrat de Mar. Dans cette partie du voyage, nous pouvons alterner entre promenade du bord de mer et route nationale (pas de demi-mesure…). Cependant, la promenade du bord de mer, bien qu’agréable, est extrêmement discontinue, et il nous faut souvent rejoindre la route… par des escaliers !

Promenade du littoral, Malgrat de mar

La promenade du bord de mer à Malgrat de Mar (source : En Echappée)

La nationale N11 à Sant Pol de Mar

La nationale N11 à Sant Pol de Mar… une quatre voies (source : En Echappée)

Nous pensions d’abord rejoindre Barcelone par la côte, en restant sur la nationale. Mais le trafic s’est rapidement densifié, à mesure que nous approchions de la ville, et il est vite devenu impossible de respirer et assez dangereux de rouler à côté des véhicules rapides.

Le stress était tel sur cette portion que nous n’avons pas pris le temps d’immortaliser cette route cauchemardesque. 😉

Nous avons donc choisi de rejoindre Barcelone par le nord, par les « routes de campagne » : étroites, sans bas-côté et, malheureusement, saturées de camions (mais tout de même plus vivables que la nationale du littoral) !

La BP 5002 (ou BV 5001) proche de Barcelone

La BP 5002 (ou BV 5001) proche de Barcelone (source : En Echappée)

Après une pause bien méritée à Valencia, nous repartons, direction Castilla la Mancha.

À noter : Valencia ne nous a pas paru très agréable pour les cyclistes, avec des routes très passantes, des quatre voies en plein centre-ville et des pistes cyclables discontinues…

Circulation à Valencia

Devant la gare nord de Valencia (source : En Echappée)

Dans les montagnes de Comunidad Valenciana et la campagne de Castilla la Mancha, les routes nous ont semblé très bien entretenues, souvent bien bitumées et surtout très peu fréquentées (ce qui compensait le manque de bas-côté).

Route de montagne proche de Jalande

Route de montagne à l’ouest de Valencia (source : En Echappée)

Mais attention au dénivelé impressionnant en Comunidad Valenciana :

Route de montagne proche de Jalande (3)

Fort dénivelé à l’ouest de Valencia (source : En Echappée)

Route de montagne proche de Jalande (2)

Fort dénivelé à l’ouest de Valencia, un autre exemple (source : En Echappée)

Et au vent souvent contraire et très fort dans les plaines de Castilla la Mancha (le pays des moulins !).

Route de campagne, proche d'Alatoz

Route de campagne en Castilla la Mancha (source : En Echappée)

Nous avons conclu notre voyage à Albacete, après quelques kilomètres parcourus sur une Voie Verte en direction de l’Andalousie (« Via Verde ») plutôt agréable, mais avec des zones de graviers :

Via verde, en sortie d'Albacete

La voie verte vers le Sud, en sortie d’Albacete (source : En Echappée)

Via verde, vers l'Andalousie

Suite de la voie verte, en graviers (source : En Echappée)

Pour retrouver le détail de notre aventure en Espagne, vous pouvez consulter nos carnets de voyage dans lesquels nous racontions le périple au jour le jour !

Voilà pour cet article très illustré, qui, nous l’espérons, vous donnera un bon aperçu de l’état des routes espagnoles entre les Pyrénées et Albacete, en suivant la côte Est de plus ou moins près. 🙂

Et si vous aimez nos articles, n’hésitez pas à partager le lien de notre blog autour de vous et à vous inscrire à notre mailing (ça se passe juste en dessous !) pour recevoir des nouvelles sur votre boîte mail !

À bientôt sur le blog !

Recherches utilisées pour trouver cet article : Côté est espagne

Maxime et Lucie En Echappée
On est tous les deux des passionnés de voyage, débutants dans le voyage à vélo et très curieux à ce sujet. Suivez sur ce blog nos voyages à vélo, et découvrez nos rencontres, inspirations et conseils pour préparer les vôtres ! Le blog évoluera au fil de nos découvertes cyclistes et de nos rencontres. Notre projet est de vous livrer nos expériences, mais aussi de donner de la voix aux autres voyageurs pour compléter nos avis. Alors, débutants ou confirmés, suivez-nous et partez avec nous en échappée !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

 

 

 

 

Rejoignez-nous sur Facebook ! :-)