[Podcast] « Ouibike » propose de changer notre expérience de la location de vélo !

Page d'accueil Ouibike

La page d’accueil du site Ouibike (source : ouibike.net)

Il y a quelques jours, une start-up fondée par des amoureux du vélo nous a contacté pour nous faire découvrir leur concept innovant : Ouibike, un service pratique pour choisir quelle région française explorer et louer des vélos en ligne !

L’idée nous a paru intéressante : comme le dit Louis, un des deux fondateurs, pourquoi ne pas rendre la location de vélos aussi simple que la réservation d’une chambre d’hôtel en ligne ?

Nous avons donc eu envie de mieux connaître Ouibike et son équipe, nous avons eu la chance de pouvoir discuter avec eux au téléphone, et nous vous proposons d’écouter Louis vous parler de Ouibike, de l’univers de la location de vélo et des innovations numériques qu’ils proposent d’apporter à ce petit monde !

Remarque :

Ce contenu n’est pas sponsorisé par Ouibike, nous ne recevons pas de compensation pour le publier. Nous vous partageons cette découverte car nous trouvons le service utile et bien pensé.

Podcast de l’interview : Ouibike, (re)découvrez la France à vélo… de location !

Vous pouvez écouter ce podcast en cliquant sur le bouton « Lecture » ci-dessous, ou télécharger le MP3 en cliquant sur ce lien (clic droit, « Enregistrer le lien sous »).

Retranscription écrire

Lucie : Bonjour Louis ! On voulait tout d’abord te demander de te présenter ou de présenter l’équipe, et puis de présenter Ouibike. Quelle est sa mission, par exemple ?

Louis : Très bien ! Pour dire un petit mot tout de suite sur Ouibike et sur l’équipe : ça fait un peu plus d’un an qu’on travaille sur le projet. On est deux associés principaux, Cédric et moi-même. On vient tous les deux du domaine du web, et on a travaillé pendant une dizaine d’années ensemble sur plein de sujets web et multicanal, avec des problématiques à la fois « internet » et reliées à du magasin (et donc à la vraie vie). Et comme je le disais, cela fait à peu près 1 an / 18 mois qu’on travaille sur le projet Ouibike.

Notre idée est née tout simplement de notre expérience personnelle : on utilise pas mal le vélo et on s’est aperçu en préparant des séjours avec des amis, notamment étrangers, qu’aujourd’hui louer des vélos n’était pas forcément quelque chose de très simple, ni de très optimisé (notamment avec notre point de vue de professionnels du web). Concrètement, on s’est retrouvés à appeler des loueurs, à les démarcher, et on s’est aperçu que c’était compliqué, alors qu’aujourd’hui, avec les outils digitaux, on peut faire des choses beaucoup plus simples.

C’est de ce constat qu’est venu notre mission et que le projet a pris forme peu à peu. Toujours partant de cette idée, on voulait faire deux choses :

1) Faire mieux connaître le métier de la location de vélos et des visites guidées.  Il y a un déficit de notoriété sur ces super activités et on voulait y remédier.

2) Simplifier au maximum l’expérience, aussi bien pour le client, l’utilisateur –  qu’il soit aussi simple de louer un vélo que de louer une chambre d’hôtel par exemple, ou une voiture – que pour le loueur. Il faut savoir que presque 90 % des loueurs sont de toutes petites entreprises, des TPE, qui ont moins de 3 salariés, et qui, en terme de structure, n’ont pas souvent de gros outils pour gérer leur flux de livraison. Donc notre idée était aussi de leur apporter un savoir-faire dans ce domaine, de façon à ce qu’ils puissent vraiment piloter leur activité de façon simple et rapide.

Lucie : D’accord !

Louis : Voilà la double mission de Ouibike.

Lucie : Très bien. Tu disais que vous faites beaucoup de vélo, est-ce que vous êtes plutôt voyageurs à vélo ou est-ce que vous aimez bien sortir le week-end à vélo, aller au travail à vélo…

Louis : On est des cyclistes urbains assumés. Moi j’ai toujours fait du vélo, depuis que je suis enfant, en ville, sur Paris. Ça vient peut-être du fait que ma famille est d’origine danoise. Je vis sur Paris avec quatre enfants et on fait du vélo ensemble quasi-quotidiennement, je n’envisage pas de me déplacer en ville autrement. Donc pas du tout grands utilisateurs, grands cyclotouristes, mais vraiment plutôt consommateurs réguliers et quotidiens.

Lucie et Maxime : D’accord !

Maxime : Donc tu fais pas mal de ce qu’on appelle le « vélotaf ».

Louis : Oui, exactement, et c’est vraiment avec cette utilisation quotidienne qu’à chaque fois que je me rends quelque part, que ce soit en France ou ailleurs, cela me semble logique que le vélo soit le moyen de déplacement de base. Cela se retranscrit dans les loisirs : où que j’aille, je me dis que normalement, sur place, je me déplacerai à vélo.

Lucie : D’accord, d’où la pertinence du site : pouvoir trouver facilement des vélos partout où on va.

Louis : Oui, exactement, aujourd’hui on n’a pas forcément en tête cette difficulté à trouver un vélo car la question ne se pose pas forcément tous les jours. On se dit qu’on prendra le temps de planifier…

Ce que l’on veut mettre en place c’est quelque chose qui soit intuitif et facilement utilisable : « où que j’aille, je sais que je peux trouver très facilement des vélos ». Que ce soit pour une journée, trois jours ou un long séjour, il y aura toujours quelque chose. Et que ça se gère de manière simple.

Lucie : Super !

Maxime : On est allé voir la présentation de Ouibike et la page « qui sommes nous » : vous parlez d’accompagner les touristes qui cherchent à louer des vélos, mais aussi des visites guidées. Comment comptez-vous faire ça ?

Louis : Ce qu’il faut avoir en tête en termes de tourisme à vélo en France c’est que l’on a la chance d’avoir un marché très divers, très complet. Et l’offre est très différente région par région.

Ce que l’on veut vraiment, c’est apporter la bonne information au touriste pour qu’il puisse sélectionner les activités qui lui conviennent partout où il se rend. Donc l’idée c’est d’avoir, au sein du site, les informations qui lui permettent de faire ses choix. C’est-à-dire, en amont une page qui présente chacune des régions, pour lui donner des explications selon ce qu’il recherche (le soleil, la montagne, la forêt, la ville, l’histoire. Encore une fois, on a un patrimoine très divers) et petit à petit l’amener à trouver ce qui lui convient.

Pour le définir « par la négative », l’idée n’était pas de se dire « on met un moteur de recherche et on a toutes les locations en un clic », parce que cela n’apporte pas beaucoup de valeur ajoutée, mais de donner toute l’information dont le touriste peut avoir besoin pour faire un vrai choix éclairé et le guider dans le choix de ses activités.

Lucie et Maxime : D’accord, très bien !

Maxime : J’ai vu que votre site permet de louer des vélos sur son lieu de vacances. Nous, sur notre blog, on parle pas mal de balades à vélo et surtout pas mal de voyages en itinérance. Certains loueurs proposent-ils de louer le vélo dans un lieu de départ et de le rendre à l’arrivée ? Est-ce que ce serait adapté ?

Louis : Complètement ! Je dirais qu’il y a deux grandes étapes : là, pour le lancement [ndlr : du site], l’idée c’est de répliquer l’offre telle qu’elle est aujourd’hui. La plupart des loueurs de vélos ne font pas d’itinérance, en date, mais on espère qu’en les connectant et en donnant une limite qui est plus large, on va les encourager, et petit à petit permettre aux meilleures pratiques de fonctionner et de se répandre au sein de la communauté des loueurs.

Donc c’est un premier élément de réponse, et le deuxième c’est qu’il y a des intervenants qui proposent cette itinérance. Et comme les autres, ils manquent de visibilité. Sans entrer trop dans le détail, dans les prochains mois, petit à petit, on veut vraiment mettre en avant les loueurs qui ont cette approche différente et permettre à l’utilisateur – et ça rejoint le point précédent – de trouver très vite un loueur, selon ses besoins. L’utilisateur qui veut faire de l’itinérance a besoin d’un contenu qui lui présente comment ça marche, et qu’on l’aiguille sur les bons partenaires.

Lucie : D’accord ! C’est bien pratique pour les gens qui veulent débuter sans avoir à acheter tout le matériel, ou qui n’ont pas envie de prendre leur vélo dans le train… Lors de notre dernière balade, on a un ami qui a loué son vélo à son point de départ et il l’a rendu à la fin, il n’a pas eu à transporter son vélo dans le train.

Louis : Exactement ! D’ailleurs, la toute première location, je crois, qui a été faite était un utilisateur qui partait de la région de Saint-Nazaire ou de Noirmoutier, et qui voulait déposer le vélo à La Rochelle. C’est peut-être le hasard, je ne connais pas la valeur statistique que cela représente, mais pour la première commande c’était déjà quelqu’un qui était dans cette idée d’itinérance, de passer d’un endroit à un autre.

Lucie : D’accord ! Je voulais vous demander combien de partenaires avez-vous actuellement, enfin combien de loueurs partenaires ? Quelle est votre couverture sur la France ? Et puis, avez-vous un objectif d’un nombre de loueurs, ou est-ce que ce sera « le plus possible » ?

Louis : Aujourd’hui on a à peu près 200 partenaires avec nous, et à l’heure qu’il est, il doit y en avoir à peu près un tiers qui sont visibles sur le site, puisqu’on a décidé d’ouvrir région par région pour cadrer un petit peu l’activité. Dans les deux prochains mois on va, petit à petit, les rendre tous publics, un par un.

Notre approche sur la couverture du pays, n’est vraiment pas une approche exhaustive. Notre but n’est pas d’être présents partout, c’est vraiment d’aller là où il y a de l’activité et où il y a des choses intéressantes à faire. On ne va pas créer une activité à un endroit déterminé. On n’est pas fermés sur les régions, mais notre but n’est pas de quadriller la France, mais de proposer des loueurs là où il y en a, et encore une fois d’une manière simple et ordonnée pour le client.

Lucie : D’accord, et avez-vous l’objectif de vous implanter, dans un futur plus ou moins proche, aussi à l’international ?

Louis : Aujourd’hui, là aussi, ce n’est pas notre objectif premier. On a un marché qui est magnifique sur la France, qui est vraiment très important. Il y a beaucoup de choses à faire. Ce que l’on voudrait, c’est vraiment très bien servir la France, et si demain on arrive à atteindre cet objectif, le seul qui compte pour nous aujourd’hui, alors on sera très contents, et on pourra peut-être réfléchir à le répliquer ailleurs. Mais pour l’instant notre problématique c’est vraiment la France. Il y a tellement de choses à faire que l’on essaye déjà de se concentrer là-dessus.

Maxime : D’accord ! Et là, pour un avenir proche, quelles sont vos autres perspectives : continuer à développer le site, s’ouvrir à de nouvelles régions, proposer éventuellement d’autres services ?

Louis : Tout à fait ! Notre développement est plutôt invisible, plutôt souterrain pour l’utilisateur, c’est-à-dire qu’on travaille beaucoup avec des partenaires pour améliorer le service. Quelques petits sujets dont je peux vous parler même s’ils ne sont pas complètement publics : aujourd’hui on travaille avec des partenaires par exemple pour gérer des flux importants en boutique. Vous savez il y a des lieux, on connait tous ça, où on arrive en été et il y a trente personnes qui attendent devant la porte. Sur les îles par exemple, le ferry arrive et on descent tous au même moment. Donc on travaille aujourd’hui sur des solutions, par exemple sur tablette, pour permettre de gérer un afflux d’utilisateurs important d’un coup en boutique et faire gagner du temps au loueur.

On travaille aussi en pilote avec deux / trois boutiques, pour lesquelles on gère l’ensemble de leurs réservations. Le loueur, comme ça, se concentre sur son travail en boutique, et on s’occupe de traiter toutes les réservations en amont. Il n’a plus qu’un fil de suivi pour gérer les locations qui arrivent, mais il n’a plus à répondre au téléphone par exemple, ou à traiter les emails.

Et puis on a un autre programme qui est aussi en cours de développement, qui est de mutualiser les ressources, dans les zones notamment où il y a des tensions, où il y a beaucoup de demande. Pouvoir, lorsqu’un client cherche à louer un vélo dans une boutique, lui proposer, si la boutique est déjà pleine, une offre un petit peu plus loin. Apporter des solutions de repli.

Lucie : D’accord !

Louis : Donc ça je dirais que ce sont plutôt des travaux qui sont souterrains, que le client ne voit pas forcément au premier niveau, mais c’est un travail de fond qui va permettre d’améliorer son expérience quotidienne.

Lucie : D’accord, super, très bien ! Donc là nous on comprend bien le principe de vos activités. Je me suis inscrite sur votre site, pour pouvoir me mettre à la place d’un utilisateur et puis ça nous servira sûrement pour une prochaine balade.

Louis : C’est une très bonne démarche !

Lucie : Donc je voudrais, si possible, que l’on fasse un petit peu comme si on découvrait, pour que tu puisses m’expliquer ce qu’il faut faire après s’être inscrit. L’inscription est très simple, il suffit de cliquer sur « s’inscrire ici ». Ensuite, c’est quoi l’idée ?

Louis : On invite l’utilisateur à aller dans le contenu du site. Il faut bien comprendre que le site, tel qu’il est aujourd’hui, c’est le site du lancement, donc l’information est encore très segmentée, encore une fois pour qu’on puisse bien suivre et mettre en ligne les choses de manière complète et étape par étape.

L’objectif c’est quand même d’avoir vraiment un contenu en amont sur les différentes régions, et de proposer au client qu’il arrive sur le site, qu’il se balade sur les différentes régions, qu’il comprenne l’offre disponible région par région. À partir de là, en fonction de ses préférences, il va pouvoir dans un deuxième temps accéder aux loueurs et boucler ses visites et ses locations. Ensuite, il pourra accéder via son espace personnel à ses réservations en attentes, les passées, etc.

On travaille aussi sur un module qui lui permettra :

1) De partager au sein de la communauté ce qu’il a vécu, de partager son expérience.

2) De noter les loueurs et de partager sa satisfaction et ses demandes d’amélioration.

Lucie : D’accord, donc là, par exemple j’étais sur la première page, j’ai cliqué sur « découvrir les destinations », par exemple la Normandie. On me propose « découvrir la région » : j’ai des explications sur les différentes choses à voir en Normandie, des informations pratiques sur les transports, les activités à faire, et je peux accéder aux loueurs, c’est clairement indiqué, avec les tarifs et une carte pour les localiser.

Louis : Ce que l’on essaye de trouver comme juste équilibre aujourd’hui c’est, dans le contenu que l’on met en avant, indiquer l’offre réelle, les activités concrètes à faire, et en même temps, ne pas transformer le site en page de pub. Donc être à la fois très pratiques, et en même temps rester dans l’information et dans l’accompagnement des touristes. C’est un équilibre que l’on veut essayer de garder tout au long des prochaines étapes.

Lucie : D’accord, merci beaucoup pour ces explications !

Louis : C’était un plaisir !

Lucie : C’était sympa de pouvoir découvrir ce service que l’on ne connaissait pas et que l’on trouve bien.

Louis : L’idée c’est que là, on le lance tout juste, comme je vous le disais, et notre idée c’est presque du « co-développement ». On passe au moins la moitié de notre temps avec les loueurs, pour peaufiner, comprendre comment on peut améliorer leur quotidien et les outils que l’on met à leur disposition. L’idée maintenant c’est que l’on se tourne aussi vers les utilisateurs pour qu’eux aussi puissent nous faire part de ce que l’on pourrait améliorer, de ce que l’on pourrait changer.

Lucie : C’est vraiment quelque chose qui se lance, qui va évoluer.

Louis : Exactement ! Et avec une idée de double communauté : la communauté professionnelle et celle des particuliers.

Lucie : On est contents de connaître ça depuis le début, comme ça on pourra voir les évolutions et puis revenir voir votre site et l’utiliser au fur et à mesure.

Louis : Avec grand plaisir !

Maxime : Merci Louis pour cette interview, et à bientôt !


N’hésitez pas à nous partager vos expériences avec Ouibike si vous essayez (ou avez essayé) leur service ! 🙂

À bientôt sur En Echappée !


Maxime et Lucie En Echappée
On est tous les deux des passionnés de voyage, débutants dans le voyage à vélo et très curieux à ce sujet. Suivez sur ce blog nos voyages à vélo, et découvrez nos rencontres, inspirations et conseils pour préparer les vôtres ! Le blog évoluera au fil de nos découvertes cyclistes et de nos rencontres. Notre projet est de vous livrer nos expériences, mais aussi de donner de la voix aux autres voyageurs pour compléter nos avis. Alors, débutants ou confirmés, suivez-nous et partez avec nous en échappée !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

 

 

 

 

Rejoignez-nous sur Facebook ! :-)