Voyages courts : Quelle place laisser à l’improvisation ?

Bivouac dans une belle palette de couleurs

Bivouac dans une belle palette de couleurs (source : En Echappée)

L’improvisation en voyage peut procurer un immense sentiment de liberté : on laisse place à l’imprévu et on accepte de se laisser surprendre ! 

Ce lâcher-prise peut faire peur : Et si je ne trouve pas où dormir ? Et si je me perds ? Et si rien ne se passe comme prévu ? Mais il vaut le coup quand il permet les rencontres spontanées (hôtes généreux, amis d’un instant rencontrés sur la route, etc.), les découvertes (observation d’animaux, tourisme dans des petits villages isolés, etc.), quand il nous laisse le temps de flâner et quand il nous donne l’occasion d’être créatifs pour surmonter les obstacles du parcours (avec les moyens du bord) !

Improviser et laisser plus de place à l’imprévu dans nos aventures à vélo était un de nos objectifs, après des premiers voyages relativement préparés (itinéraires repérés à l’avance sur des cartes, liste de matériel complète, hébergements gratuits et payants plus ou moins pensés avant le départ).

Le voyage de vingt jours le long de la côte Est espagnole, en mars dernier (2016), était une bonne occasion de tester un style de voyage plus spontané :

  • Pas d’itinéraire prévu, une navigation improvisée sur place à l’aide de cartes routières ;
  • Pas de recherches sur le lieu, une vague idée du climat et du relief  ;
  • Peu de temps consacré au matériel, réutilisation de notre équipement habituel ;
  • Aucun hébergement prévu à l’avance et un budget réduit (moins de 200 euros par personne pour un voyage qui devait durer un mois).

Cet article est une réflexion issue de ce voyage. Pour les plus pressés, la conclusion ici 😉

Notre retour d’expérience

“Rouler le long de la côte Est espagnole jusqu’en Andalousie, en partant de Perpignan” : les préparatifs pour ce voyage se sont pratiquement limités à définir cette idée de parcours, en ajoutant une petite remise en état de nos vélos, l’achat de cartes routières couvrant les différentes zones que nous allions traversées et la réservation de billets de train pour aller de Nantes à Perpignan avec nos vélos.

On verrait bien sur place pour le reste 🙂

Porte-carte artisanal

Navigation à la carte routière ! (source : En Echappée)

Ne pas avoir d’itinéraire, naviguer à la carte routière et dormir où nous pouvions s’est révélé être une super aventure ! Nous adaptions notre parcours selon l’état des routes rencontrées, du trafic et du relief, ou selon les conseils des locaux. Notre sens de l’orientation s’est amélioré, nous avons appris à relativiser.

Trouver un endroit où passer la nuit n’a pas toujours été facile (contrairement à notre expérience en Scandinavie, où il était si aisé de camper dans les forêts, omniprésentes), mais cela nous a permis de tester notre débrouillardise et de faire des rencontres.

Lestage et arrimage de la tente en bivouac

Tempête nocturne et sol trop dur pour planter les sardines : on improvise ! (source : En Echappée)

En revanche, le climat s’est montré beaucoup plus rude que nous l’avions imaginé, les nuits étaient très fraiches et nous n’étions pas bien équipés pour lutter contre le froid ! Nous avons aussi passé des mauvais moments à peiner sur des routes très encombrées et polluées, sans trouver de voies alternatives plus adaptées aux cyclistes. Enfin, nous avions vérifié qu’il nous serait possible de rentrer en train, mais nous n’avions pas estimé le coût, qui a bien alourdi notre maigre budget !

Notre retour d’expérience pour 20 jours de voyage en “totale” improvisation :

Beaucoup de liberté dans l’itinéraire et les hébergements : 

  • Une super expérience pour gagner en débrouillardise, apprendre à relativiser et faire des rencontres.

Aucune connaissance du climat et du terrain : 

  • Un équipement peu adapté aux conditions climatiques ;
  • Des portions de parcours sur des routes peu adaptées.

Ainsi, nous avons beaucoup apprécier l’improvisation sur le terrain, mais nous aurions pu nous renseigner un petit peu plus sur les lieux traversés avant le départ !

Voyage court / voyage long

Pourquoi cette distinction Voyage court / voyage long ?

Pendant le voyage, Julien, mon frère, qui s’essayait au voyage à vélo pour la première fois, a trouvé à plusieurs reprises que les paysages traversés manquaient de charme, sur des distances parfois très longues.

En partageant ses impressions sur le voyage à vélo, il m’a très justement fait remarquer que si nous étions partis pendant plusieurs mois ou années, ces quelques portions “sans intérêt” auraient été noyés dans la globalité du voyage. Alors que pour un périple de moins d’un mois, comme le notre, chaque journée “comptait”.

Paysages industriels au nord de Barcelona

Plusieurs jours de paysages industriels autour de Barcelone (source : En Echappée)

De plus, le voyageur qui a beaucoup de temps devant lui et un itinéraire flexible peut se permettre facilement de faire halte pour quelques jours dans une ville pour compléter/adapter son équipement au besoin, ou tout simplement pour faire une pause en cas de conditions climatiques trop difficiles. Il peut aussi décider de revoir entièrement son itinéraire, quitte à “perdre” plusieurs jours, voire semaines, de voyage.

Cinq jours de paysages maussades et/ou de routes nationales ?
Trois jours de pluie torrentielle sans pouvoir sortir ?
Un gros détour par une zone commerciale pour trouver un K-Way ?

  • Pour un voyage de plusieurs mois : c’est vite oublié !
  • Pour un voyage de vingt jours : c’est dommage !

Particulièrement quand le voyage est court, moins d’un mois par exemple, on préfère consacrer le temps qu’on a aux découvertes, aux rencontres et à ses envies du moment, plutôt qu’à régler des problèmes techniques qu’on aurait pu éviter, ou à chercher en vain une route moins polluée !

Voyage court : dans quelle mesure improviser ?

Nous sommes persuadés qu’un voyage, quel qu’il soit, peut-être tout à fait réussi, même sans avoir été préparé.

Cependant, suite à notre expérience en Espagne, nous avons eu envie de partager avec vous quelques conseils pour ne pas passer à côté de votre voyage de courte durée (moins d’un mois, par exemple), tout en laissant de la place à l’improvisation !

Dans les paragraphes suivants, nous vous proposons les préparatifs minimaux, selon nous, pour profiter à fond de votre périple, une fois en route.

Destination

Le choix de la destination est propre à chacun : conseillée par des amis, pays “coup de cœur”, recherche d’un certain type de climat, curiosité culturelle, etc.

Les récits de voyageurs à vélo décrivent des aventures cyclistes un peu partout sur la surface du globe, du Sahara, à l’Himalaya, à la jungle du Darien ! Les possibilités sont nombreuses !

Cyclocamping

Un exemple de paysage qui fait rêver ! (source : Wikimedia Commons)

Cependant, les voyageurs au long cours décrivent très souvent dans leurs récits des périodes d’ennui, voire de mal-être, sur leur vélo, dans des paysages sans charme ou des zones industrielles encombrées. Ces passages alternent avec des moments plus glorieux dans des forêts luxuriantes ou des villages pittoresques… mais ils existent et font partie de l’aventure.

Pour éviter que tout votre voyage court ne soit qu’une longue période d’ennui ou d’inconfort, nous vous conseillons de vous renseigner un minimum sur la destination qui vous attire, par exemple grâce :

  • Aux forum (tels que Voyage Forum), où les témoignages des utilisateurs pourrons vous être d’une grande aide ;
  • Aux récits de voyage (blogs, livres, etc.). N’hésitez pas, d’ailleurs, à consulter nos 14 chroniques de récits et leurs résumés 🙂

Le choix de la destination est aussi associé au type de climat, de relief et à l’état des routes : trois points importants pour le choix de votre équipement (vélo, pneus et camping, notamment).

Les choix de destinations sont vastes, mais il est intéressant de savoir :

  • Si les lieux que l’on va traverser présentent un intérêt, et ne sont pas seulement une transition entre deux villes sympatiques, par exemple ;
  • Quels types de climat, relief et routes on va rencontrer, pour prévoir un minimum son équipement en fonction.

Itinéraire

Une fois la zone géographique qui vous attire identifiée, on peut se poser la question de l’itinéraire à suivre.

Et ici, une improvisation totale est tout à fait possible, au grès de vos envies et/ou des conseils de cyclocampeurs croisés en route, des locaux, etc.

Couverture article introduction

Nos cartes routières pour le voyage en Espagne (source : En Echappée)

Il est intéressant de se procurer des cartes routières de la zone traversée avant le départ, pour mieux se rendre compte des distances. En effet, lors d’un voyage court on peut improviser, mais en ayant toujours en tête le cadre temporel fixé par la durée du voyage.

Par exemple, lors de notre voyage en Espagne, nous choisissions l’itinéraire la veille pour le lendemain, mais nous avions identifié plusieurs points d’arrivée possibles (ayant une gare ferroviaire, pour pouvoir rentrer chez nous facilement).

L’itinéraire peut se construire au jour le jour…

… en ayant une idée des distances à parcourir ;

… en gardant en tête la date de fin du voyage ;

… en ayant différentes options pour le lieu d’arrivée (selon votre avancée).

Matériel

C’est peut être le point qui s’improvise le moins : on pense au choix du vélo, au matériel de camping éventuel, aux provisions et aux vêtements (notre liste de matériel, pour les curieux).

Le matériel doit à la fois rester le plus léger possible, ne pas être trop encombrant pour tenir dans les sacoches et sur les porte-bagages, et être adapté aux lieux traversés (conditions climatiques, types de route, etc.).

20150802_122232(2)

Nos sacoches et une bonne partie de notre matériel de camping (source : En Echappée)

Nous vous conseillons de préparer votre équipement avant le départ.

Un matériel fiable :

  • Vous libérera l’esprit une fois en route (moins de réparations, par exemple) ;
  • Vous mettra en confiance pour improviser :
    • quant à l’itinéraire (possibilité de rouler sur des pistes caillouteuses avec de bons pneus, par exemple)…
    • … et quant à l’hébergement (camping sur la plage avec une tente autoportante, par exemple, ou dans la montagne avec une tente résistante au vent).

Lié à votre confort, le matériel est aussi lié à votre sécurité (freins performants, par exemple) et à votre santé (trousse à pharmacie suffisante, vêtements chauds si besoin, etc.).

Remarque : Nous avons croisé des cyclotouristes qui choisissent de ne pas prévoir leur équipement, qui achètent un vélo d’occasion sur place et improvisent pour l’hébergement (chez l’habitant, à l’hôtel ou en bivouac minimaliste). C’est possible !

Plans dodo

En matière d’hébergement, notre expérience et les témoignages des cyclotouristes, que nous avons eu la chance d’interviewer ou dont nous avons lus les récits, nous mènent à penser qu’une improvisation quasi-totale est possible.

“Quasi-totale” car il faut tout de même avoir pensé aux solutions d’hébergement qui vont se présenter pendant le voyage (chez l’habitant, camping, gîtes, etc.) et prévoir son équipement en fonction.

Ceux qui souhaiteraient loger chez l’habitant toutes les nuits peuvent jeter un rapide coup d’œil à la carte des hôtes sur le site de couch surfing cycliste Warm Showers, avant le départ (quitte à ne contacter les hôtes qu’en cours de route).

20150701_214110 (2)

Bivouac sur la plage en Suède (source : En Echappée)

Il est quand même bon de vérifier la législation des pays que l’on va traverser en ce qui concerne le bivouac sauvage qui est interdit et puni dans certains pays, voire dans certaines régions/zones d’un pays (réserve naturelle protégée, par exemple).

Pour ceux qui envisagent de dormir chez l’habitant, même conseil : certains pays ont une réglementation stricte concernant l’hébergement “spontané”, qui peut être interdit ou contrôlé (par exemple, en Chine ou en Russie).

Il est souvent facile d’improviser pour l’hébergement :

  • Le plus difficile est de se lancer (notamment pour demander l’hospitalité, ou pour installer son premier bivouac sauvage) ;
  • Il faut tout de même vérifier la réglementation locale.

Transports

Dans le cas où on ne fait pas une boucle (de chez soi à chez soi) et quand on choisit d’improviser son itinéraire, on ne peut pas toujours prévoir le retour de voyage en transports : la date de fin de voyage n’est pas fixée, ni le lieu d’arrivée !

Espace vélo dans le regional express d'Aldea à Valence

En Espagne, les vélos sont acceptés dans les trains régionaux, mais pas dans les TGV (source : En Echappée)

De plus, à l’inverse des voyageurs au long cours qui peuvent prendre le temps d’organiser leur retour tranquillement sur place, on va chercher ici à minimiser le temps passé dans les transports du retour, pour maximiser le temps passé à vélo 🙂

Avant le départ, nous vous conseillons tout simplement :

  • De noter les différentes possibilités de transports et de les identifier sur votre carte ;
  • De vérifier que ces transports acceptent d’embarquer des vélos ;
  • De faire un rapide calcul du coût en fonction du type de transport (avion, train, etc.) et de la durée nécessaire pour faire le trajet retour en transport.

Conclusion

Laisser de la place à l’improvisation, en voyage à vélo, est une belle manière pour mieux se connaître, pour aller au bout de ses limites, mais aussi pour se laisser surprendre et vivre une aventure riche ! Dans cette optique, il est très excitant de partir sans n’avoir rien préparé, ou presque !

Cependant, quand le voyage est limité et court (moins d’un mois par exemple), on a à cœur de profiter au maximum du temps passé sur le vélo, des paysages, des rencontres, et de réduire au minimum les portions de trajet désagréables et les ennuis techniques… il devient alors tentant de tout bien prévoir à l’avance. On se débarrasse alors de l’imprévu… mais du mauvais comme du bon !

À partir de nos récentes expériences, notamment en Espagne, nous avons eu envie de vous partager notre réflexion sur la place à laisser à l’improvisation lors d’un voyage “court”. Nous espérons quelles vous serons utiles pour choisir le degré d’imprévu que vous donnerez à votre futur voyage 🙂

Un bref récapitulatif de l’article :

Voyage court : quelle place laisser à l’improvisation ?

  • Destination : Les possibilités sont infinies. Vérifier cependant :
    • Si les lieux traversés présentent un intérêt (beau paysage ou friche industrielle à perte de vue ?) ;
    • Le climat, le relief et l’état des routes pour prévoir le bon équipement.
  • Itinéraire : Il peut se construire au jour le jour. Dans ce cas :
    • Faire un bref repérage sur carte routière pour avoir une idée des distances ;
    • Garder toujours en tête la date de fin de voyage (avec une marge pour le retour éventuel en transports) ;
    • Prévoir différents lieux d’arrivée possibles (selon votre avancée).
  • Matériel : Nous vous conseillons de ne pas improviser sur ce point. Un matériel fiable :
    • Vous libérera l’esprit en voyage (moins de problèmes techniques) ;
    • Vous donnera la confiance d’improviser quant à l’itinéraire (bons pneus, par exemple) et quant à l’hébergement (tente pour bivouaquer, par exemple).
  • Plans dodo : Vous pouvez y aller à l’impro ! Mais vérifiez rapidement :
    • La réglementation concernant le bivouac sauvage et l’hébergement chez l’habitant ;
    • La présence d’hôtes (par exemple sur le site Warm Showers), au cas où.
  • Transports pour le retour : Nous vous conseillons, avant le départ :
    • D’identifier les possibilités de retour en transport sur votre carte (gares, aéroports, etc.) ;
    • De vérifier que votre vélo pourra être embarqué ;
    • De faire une rapide estimation du coût et de la durée du retour.

Un grand merci pour votre présence sur le blog ! N’hésitez pas à commenter directement sous l’article si vous avez des remarques et/ou des questions, ou à nous contacter via le formulaire de contact !

Et si vous aimez En Echappée, vous pouvez vous abonner à notre newsletter : vous serez alors informé par email des nouveautés du blog et vous recevrez en bonus notre guide “Mon voyage à vélo pas cher”, rédigé avec amour 🙂

Pour s’inscrire c’est tout simple : il suffit de nous laisser votre prénom et votre adresse mail dans l’encadré dédié sous l’article !

À très bientôt !


Maxime et Lucie En Echappée
On est tous les deux des passionnés de voyage, débutants dans le voyage à vélo et très curieux à ce sujet. Suivez sur ce blog nos voyages à vélo, et découvrez nos rencontres, inspirations et conseils pour préparer les vôtres ! Le blog évoluera au fil de nos découvertes cyclistes et de nos rencontres. Notre projet est de vous livrer nos expériences, mais aussi de donner de la voix aux autres voyageurs pour compléter nos avis. Alors, débutants ou confirmés, suivez-nous et partez avec nous en échappée !

Une réflexion au sujet de “Voyages courts : Quelle place laisser à l’improvisation ?

  1. Courir-lemonde

    Je partage très largement votre opinion sur le sujet. Itinéraire et dodo place à l’impro au grès de ses envies tandis que se renseigner sur la météo et le transport retour me semble important.

    Valentin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

 

 

 

 

Rejoignez-nous sur Facebook ! :-)